De Goya à nos jours une Collection Banco de España

0
349
De Goya à nos jours

Le Musée Mohammed VI de Rabat accueillera du 31 octobre au 4 février 2018 l’exposition : «De Goya à nos jours : regards sur la collection Banco de España».

 

De Goya à nos jours Après l’énorme succès de l’exposition « Face à Picasso », le Musée Mohammed VI de Rabat accueille, à partir de demain, la Collection de la Banque d’Espagne exposée pour la première fois en dehors de la péninsule ibérique.

Sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et de SM le Roi d’Espagne Felipe VI, et avec la collaboration du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération espagnol, le Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain de Rabat présentera du 31 octobre prochain au 4 février 2018 l’exposition « De Goya à nos jours : Regards sur la Collection Banco de España ».

La collection de la Banco de España représente​, selon le communiqué du musée, l’une​ des plus importantes collections d’art moderne et contemporain en Espagne. Les soixante-dix œuvres originales présentées au MMVI incluent des tableaux et sculptures d’artistes majeurs autres que Goya, tels que Sorolla, Zuloaga, Saura, Tapiès, Chillida ou encore Barceló. Sans prétendre à l’exhaustivité, cette sélection de noms parmi les plus prestigieux de l’école espagnole en reflète fidèlement la diversité et le génie.

Cette exposition historique offre aux visiteurs, à travers une séquence historique, un voyage hors du commun dans le monde de Goya. ​ Les deux premières sections sont dédiées aux portraits de la monarchie espagnole et de personnages célèbres du XVIII, XIX et XXe siècles, avec notamment un portrait réalisé par Goya. Artiste dont l’empreinte a marqué l’histoire de l’art et qui est considéré comme l’un des principaux fondateurs de la modernité. Les sections suivantes sont consacrées aux toiles de Vázquez Díaz, Sorolla et Zuluoga, précurseurs des avant-gardes du XXe siècle.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue de plus de 300 pages qui réunit toutes les œuvres présentées dans l’exposition, enrichies de textes critiques rédigés en français, espagnol et anglais.

Commentaires